Kid-Santé

Vous êtes ici / Pediatrix / Fluor et dents

Fluor et dents

La prévention des caries repose sur :
Une alimentation équilibrée avec un apport limité de sucres rapides
Une bonne hygiène buccodentaire dès l'apparition des premières dents
Une surveillance régulière de la dentition
Un apport en fluor dont les modalités d’administration sont l’objet de controverses et ont été réactualisées en octobre 2008 par l’Afssaps.

La maladie carieuse 
Elle est la conséquence d'un déséquilibre entre minéralisation et déminéralisation de la dent, provoqué par plusieurs facteurs :
des bactéries cariogènes (streptocoques mutans, lactobacilles),
un faible débit salivaire,
une consommation importante de sucres,
une faible résistance de la dent face aux acides.
Des caries peuvent ainsi se développer précocement chez le nourrisson  lorsqu’il s’endort avec un biberon de lait ou d’eau sucrée : on parle de carie du biberon, affection encore trop souvent méconnue.
 
Le fluor
On distingue l'apport topique apporté principalement par les dentifrices, et l'apport systémique apporté par les comprimés, les gouttes, les aliments, et les boissons.
Après l'éruption des dents, le fluor topique est la mesure préventive la plus efficace pour éviter les caries. Il limite la déminéralisation de l'émail, accélère sa reminéralisation et inhibe l'action des bactéries cariogènes. Mais une petite proportion est ingérée et passe dans la circulation systémique. Le dosage du dentifrice doit donc être adapté à l'âge de l'enfant.
Avant l'éruption des dents, l'action anticarie du fluor incorporé par effet systémique semble limitée car le fluor est essentiellement incorporé dans l'os.
De plus, certains enfants ayant reçu une fluoration systémique peuvent développer une carie dentinaire, la « carie cachée » qui se développe à bas bruit sous une coque d'émail quasi intacte, souvent diagnostiquée tardivement.
En cas de surdosage, le fluor a un effet toxique avec risque de fluorose : il s'agit d'une hypominéralisation de l'émail  se manifestant par des tâches blanchâtres dans les formes légères et des tâches brunes dans les formes sévères. Le risque de fluorose dépend d'une susceptibilité individuelle, de la dose ingérée, de la durée et de la période d'exposition aux fluor. On considère que la fluorose apparaît pour des apports journaliers de 0.1 mg/k/24 h.
 
Les sources de fluor 
Les aliments : épinards, poissons, thé
L'eau de distribution : teneur en fluor < 0.3 mg/l dans 85 % des cas en France.
Les eaux embouteillées (teneur en fluor de 0 à 8.9 mg/l selon la marque) 
Sel enrichi à 250 mg/ kg
Les gouttes : 1 goutte = 0,0625 mg 
Les comprimés sont dosés à 0,25, 0,5 mg et 1 mg par comprimé
Les dentifrices sont dosés de 250 ppm (25 mg de fluor/100g) à 1500 ppm.
 
Evian
0,2 mg/l
Contrex 
0,3 mg/l
Cristaline
0,1 mg/l
Volvic
variable
Vittel
0,3 mg/l
La dose prophylactique optimale, tous apports confondus est  0,05 mg de fluor/kg/jour sans dépasser 1 mg/j.Compte tenu de la multiplicité des sources de fluor, un bilan individualisé doit être effectué avant toute prescription.
 
Les recommandations de l’Afssaps 2008
La mesure la plus efficace de prévention des lésions carieuses repose sur un brossage au minimum bi-quotidien des dents avec un dentifrice fluoré ayant une teneur en fluor adaptée à l’âge.
Un apport de fluorures est recommandé dès l’apparition des premières dents (à environ 6 mois) à l’aide d’une brosse à dents imprégnée d’une quantité très faible de dentifrice fluoré inférieur ou égal à 500 ppm.
Dès l’apparition des premières molaires temporaires (vers 12-18 mois), un brossage au moins quotidien avec un dentifrice fluoré inférieur ou égal à 500 ppm est recommandé. La quantité de dentifrice à utiliser doit être de la grosseur d’un petit pois. A partir de 3 ans, un dentifrice à 500 ppm est recommandé.
Les enfants de plus de 6 ans doivent utiliser des dentifrices dosés entre 1000 et 1500 ppm de fluor.
 
Chez l’enfant à risque carieux élevé (non respect de l’hygiène bucco-dentaire, caries dans la famille) des thérapeutiques fluorées complémentaires aux mesures d’hygiène bucco-dentaire peuvent être prescrites après la réalisation d’un bilan des apports en fluorures.
 
Conclusion
Le brossage des dents avec un dentifrice fluoré et un apport restreint en sucreries sont les atouts majeurs d’une bonne dentition.
Le fluor est indispensable pour les dents, mais son usage doit être modulé en fonction du risque carieux. 
Les enfants à risque carieux élevé doivent bénéficier de mesures de prévention et d’une prise en charge spécifique.
Un bilan des apports en fluor est indispensable avant toute prescription médicamenteuse.
 
Liens
 
Dr Michèle NOBLINS, pédiatre, Charenton, Val de Marne